L'ail des ours est là !

Nous, travailler local ? On récolte 100% de l’ail des ours nous-même, à la main, avec des petits paniers en osier et des sourires tout plein ! Et si on ne vous donnera pas l’emplacement de nos coins préférés, c’est avec plaisir qu’on partage quelques infos à son propos. 

De mars à la mi-mai, cette plante sauvage cousine de l’oignon recouvre littéralement les sols de nos forêts, pour le plus grand plaisir des amateurs de pestos maison. Et à plus de Fr. 100.- le kilo en grande surface, ça vaut la peine de risquer le lumbago !

Par contre, lors de votre cueillette, faites bien attention : l’ail des ours ressemble au colchique, qui pousse à peu près au même moment et aux mêmes endroits, et qui est fortement toxique. Et moins savoureux.

Pour éviter de transformer votre bucolique repas dominical en concert de sirènes d’ambulance et autres joyeusetés paramédicales, préférez les grands champs d’ail des ours aux lisières. Et en cas de doute, cassez simplement une feuille pour la sentir – si ça sent pas comme ça devrait, reposez doucement la plante par terre sans lui tourner le dos, éloignez-vous sans gestes brusques, et commandez un cocktail dînatoire chez HomeGourmet pour raconter l’histoire à vos amis